L’entretien annuel : clé de voute du management – Partie 2

Le jour de l’entretien d’évaluation est arrivé. Fort de leur préparation, manager et collaborateur se retrouvent à l’heure dite. Disponibles physiquement et psychologiquement. Téléphone éteint ou renvoyé, mails et porte fermés….

Une des clés de cet entretien réside dans la posture ouverte et constructive.

Un dialogue, d’égal-à-égal :

Le collaborateur puis le manager prennent la parole pour présenter leur avis – étayé de points factuels – sur l’année écoulée et les résultats. C’est une étape importante où l’écoute doit être privilégiée de façon à ne pas interrompre l’analyse.

En Analyse Transactionnelle, la position à retenir est celle de la  « coopération » : chacun reconnaît sa propre valeur, tout en attendant de l’autre d’être force de proposition. Une posture d’écoute active réciproque laissant place à la remise en question.

Attention, écoute active ne veut pas dire accepter tout de l’autre. C’est là l’intérêt d’en revenir aux faits. L’interprétation – parfois source de divergence – est du ressort de la hiérarchie au final.

Un dialogue orienté vers le futur

Il convient ensuite de mesurer les compétences et points forts du titulaire sur son poste sur l’année et par symétrie ses points d’amélioration. Le document de référence pour identifier les compétences attendues est bien sûr la fiche de poste.

Encore une fois, le dialogue est de mise pour mesurer les compétences  « métier » (savoir-faire). Dans une logique constructive, le binôme doit s’interroger sur la manière de les renforcer ou de les acquérir : formation, tutorat, délégation… ?

On me demande souvent si on peut parler de comportements lors d’une évaluation, arguant du fait que c’est de l’ordre de l’interprétation et non du factuel. Oui, bien sûr : c’est une obligation d’évoquer les compétences comportementales. Elles sont souvent aussi importantes que l’expertise métier.

Pour les deux catégories de compétences, l’évaluation doit être illustrée par des situations factuelles.

Prochaine étape :

Le dialogue bien instauré, reste néanmoins à passer la délicate phase de l’évaluation à proprement parlé, sanctionnée par une appréciation. A suivre dans le prochain article.

Comments:0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *