La posture du candidat cadre

Etre candidat requiert que vous entriez dans un rôle, indépendamment de votre âge ou de votre expérience… Vous devrez trouver le juste milieu entre assurance et humilité, afin de rassurer le recruteur sur la pertinence de votre profil.

Un état d’esprit positif

Oubliez les termes de «demandeur d’emploi», élimés et dévalorisants, vous êtes désormais « Offreur de compétences » ou « Vecteur d’expertise ».

Vous n’êtes plus ni demandeur ni quémandeur ni chercheur… que ce soir en veille ou en recherche active. Vous avez une valeur ajoutée à offrir!

Pour partir confiant et trouver cette assurance, il est important de prendre conscience de ce constat de base : si vous avez besoin de décrocher ce job, face à vous, l’entreprise a, elle, besoin de talents !

L’entretien vise à  évaluer si une  coopération entre vous et l’entreprise serait bénéfique et pérenne. C’est l’attente de votre recruteur.

Votre tête est mise à prix !

Si vous êtes contacté par un chasseur de tête – votre égo est flatté par cette démarche ! – évitez l’excès de confiance et de vous positionner en supériorité vis-à-vis du cabinet de recrutement (assez classique) ou pire… du DG – cette attitude est rigoureusement rédhibitoire !

Ce genre de comportement se détecte, y compris au téléphone ou  par message électronique ! Autant dire que pour la première bonne impression, cela risque d’être fortement compromis. Aucune entreprise n’a envie d’accueillir un collaborateur hautain ou désagréable, quand bien même ce dernier est compétent.

Sachez goûter votre plaisir intérieurement et rester humble.

Préparez votre rendez-vous

Inutile de rappeler que le recruteur s’attend à ce que vous soyez renseigné sur l’entreprise. Etudiez les projets, la culture, la politique RH de l’entreprise, le poste et sa position dans l’organisation. Cela vous permettra de juger si la politique de cette structure est en adéquation avec vos aspirations professionnelles, et  vous amènera à poser des questions pertinentes sur un éventuel partenariat.

Ainsi, votre compréhension de l’entreprise et de ses objectifs vous permettra de sélectionner parmi vos expériences celles qui démontrent de compétences recherchées pour le poste. Vous aurez un discours à la fois congruent et ciblé pour les oreilles du recruteur.

Vos questions sur l’entreprise et le poste n’en seront que plus pertinentes –questions qui témoignent de votre motivation.

 

Et en effet, plus l’entreprise et le poste vous intéressent, plus vous saurez vous rendre professionnellement attirant. Attention néanmoins à ne pas embellir votre parcours ou votre personnalité de manière inconsidérée : au mieux, le recruteur s’en rend compte et vous êtes évincé. Au pire, vous séduisez sur une base qui se révèlera un mensonge et le piège se referme non seulement sur le recruteur mais aussi et surtout sur vous et votre carrière.

 

Opération séduction

Oublions le cliché obsolète du jury qui bombarde de questions un candidat acculé. Nous nous trouvons dans une démarche de double séduction et double validation de l’adéquation de l’un pour l’autre.

L’entretien doit être équilibré pour être efficace. Car, dès lors que le recruteur sent que votre profil correspond à ses besoins, il a besoin de vous séduire. Les rôles sont inversés !

Conclusion : réflexion et préparation

Réussir un entretien implique d’avoir une vision claire sur ce que l’on cherche en termes de poste, de secteur, de contexte économique de l’entreprise, ainsi que sur ses propres contraintes et besoins.

Il est judicieux de se faire accompagner, de bénéficier d’un regard extérieur, afin de gagner en confiance, de savoir quelle valeur ajoutée proposer à l’entreprise, quelle posture adopter… Et si vous preniez le temps de travailler et répéter votre pitch de présentation avec un professionnel des Ressources Humaines ?

 

 

 

Comments:0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *